..



 
.

 | 
 

 Mostaganem vue par Louis Thireau (maire en 1912)

         
yasmine27




: 785
:
:
: 1706
: 4
: 09/03/2010

: Mostaganem vue par Louis Thireau (maire en 1912)    05 2011, 13:13

Mostaganem vue par Louis Thireau (maire en 1912)

La ville de Mostaganem fut prise le 28 juillet 1833 par le gnral Desmichels qui, au bout de
quelques jours repartit pour Oran, laissant sur place une faible garnison de soldats franais.

A cette poque, la ville, qui ntait habite que par des musulmans et quelques isralites, tait divise en quatre parties distinctes :
a/ le centre occup par les Kouloughlis et les Turcs sur la rive gauche de lAin-Sefra, groups autour dun vieux fort appel Bordj el Mehal (fort des Cigognes) ;
b/ Matemore, quartier presque exclusivement occup par les Maures, se livrant au commerce des grains ;
c/ Tigditt au Nord qui avait laspect dun faubourg compltement ruin
d/ et, enfin, Didjida, situ au Sud qui fut appel par la suite : village des Citronniers.

Cest l le point de dpart de la ville et, ds la signature, la paix sinstalle dans la rgion o elle fut cependant encore trouble, en 1840 et 1845. La premire promenade publique, partant des portes de Mascara pour aller au quartier de Beymouth, en longeant la route de Relizane, fut cre en 1851, sur lemplacement de ce qui devait tre plus tard le Jardin Public.

En 1855, le Conseil Municipal approuva le plan dalignement des rues, des places et carrefours de la ville encore enserre dans ses remparts, ceux-ci souvraient sur lextrieur par cinq grandes portes : Porte de Mascara, dArzew, de la Marine, des Medjahers, du Fort de lEst.

Un dcret du 6 fvrier 1856 porta cration du Tribunal de Premire Instance.

Un dcret imprial du 10 avril 1857 dcida de la cration des lignes de chemin de fer dAlger Oran et de Mostaganem Relizane.

En 1862, le Conseil vota un emprunt destin la construction dune cole de filles, dun abattoir, dun thtre.

On dcida, en 1864, lamnagement de la Place dArmes. On y planta les beaux platanes qui entourent la grande glise.

Le 20 mai 1865 lEmpereur Napolon III rend visite la ville. Les cls de Mostaganem lui furent prsentes par le Maire, M. Bollard.

Anne aprs anne, la ville prit sa physionomie de Cit Franaise, dote tour tour de tous les btiments ncessaires son agglomration grandissante, coles, collges, ponts sur lAin-Sefra, march couvert, halles aux grains, cole primaire suprieure, port, chambre de commerce, hpital, etc...

Aprs la grande guerre de 1914-1918, la ville clata hors de ses remparts mis bas en mme temps que la Caserne du Barail, dont les effectifs, forms par le valeureux 2me Rgiment de Tirailleurs avaient t transfrs dans la nouvelle et grande caserne du gnral Colonieu.

La ville prit un essor considrable qui se traduisit par le dveloppement de tous ses quartiers extrieurs et la cration de nouveaux faubourgs.

Dans la nouvelle organisation administrative de lAlgrie Franaise, Mostaganem avait pris rang de chef-lieu de dpartement avec, nouvelle Prfecture, Htel des Finances, etc.

LHtel de ville tait install, au dbut, sur la place dArmes qui devint plus tard, la place de la Rpublique. Lvolution de la cit rendit ncessaire la construction dun nouvel difice, sur un terrain situ lextrieur des remparts. Construit par M. Monthalant, architecte, le nouveau btiment fut inaugur le 10 juillet 1927 par le maire, M. Adrien Lemoine, en prsence du Gouverneur Gnral.

Par son style original et imposant, sa taille et sa blancheur clatante sous le soleil, la nouvelle Mairie, encadre dans les frondaisons dun grand jardin public, dominait la ville. Son beffroi se voyait de trs loin, il senrichit plus tard dune horloge sur ses quatre faces. Pour parachever cet ensemble, un Monument aux Morts (oeuvre du sculpteur parisien Maurice Favre), fut rig en 1932, la gloire du 2me Tirailleurs. Maitre Lucien Laugier fut le dernier maire de Mostaganem de 1953 la fin de lAlgrie Franaise. De la vaste esplanade de la nouvelle Mairie partait lavenue du 1 er de Ligne qui menait la place de la Rpublique. De trs nombreux commerces sous ses arcades, en faisaient le centre des affaires.

La Place de la Rpublique, ombrage de platanes centenaires est entoure sur trois cts par des immeubles arcades, la Banque de lAlgrie et le Crdit Lyonnais sur le quatrime ct. Au milieu de la place, lglise Saint Jean Baptiste, avec ses ouvertures de style Roman et son clocher en dme si caractristique de lpoque centenaire laquelle remonte son dification.

LAlgrie fut rige en diocse, lgal de ceux de France, le 9 aot 1838. Au cours dun voyage Mostaganem, Monseigneur Dupuch, vque dAlger bnit une petite mosque en trs mauvais tat mise sa disposition par lautorit militaire et ddia cette future paroisse Saint Jean Baptiste puisque ctait le jour de la Saint Jean, le 24 juin 1839. Aprs celle de Saint Louis dOtan, Saint Jean Baptiste de Mostaganem fut la deuxime paroisse fonde en Oranie aprs la conqute franaise.

Labb Joseph Jaubert en fut le dernier cur partir de 1937 et au-del de lindpendance. Ce nest quen 1970, sa sant saltrant, quil quitta Mostaganem, aprs 42 ans de prsence dont 33 comme cur-doyen. Dans les dernires annes, lglise sagrandit dune grande sacristie.

En mai 1946, lvque dOtan, Monseigneur Bertrand Lacaste rigea lglise Saint Jean Baptiste en glise paroissiale et cra une seconde paroisse, ddie Sainte Marcienne dont lunique cur fut labb Emile Buguault.

Alors que la ville tait en plein essor, une terrible catastrophe vint anantir le quartier du march couvert. LAin-Sefra est un oued qui prend sa source quelques kilomtres de Mostaganem. Il tait souterrain cette poque. Cet automne tait particulirement pluvieux et ces averses rptitives avaient considrablement augment le niveau de leau qui charriait branchages et matriaux divers. Dans la nuit du 26 au 27 novembre 1927, en six heures de temps et sous une pluie diluvienne, un vritable fleuve en furie de 70 mtres de largeur sur 4 mtres de hauteur vint envahir la place Gambetta et frapper de plein fouet le march et les immeubles avoisinants. Rien ne rsista cette force extraordinaire.

On dnombra 83 cadavres mais, combien de disparus ?

Les habitants des douars taient venus en ville, nombreux, pour le march qui devait se tenir se matin-l...

Le quartier changea compltement daspect. La place disparut, les remparts furent rass et lAin-Sefra coulait alors ciel ouvert (et sous surveillance). Trois ponts furent jets par dessus pour relier le centre de la ville au quartier de Matemore. Depuis lindpendance, les trois ponts ont disparu et lAin Sefra coule de nouveau en souterrain...

Le Port de Mostaganem ne prit son vritable dpart quaprs linondation de 1927 dont il souffrit beaucoup.

Les premiers travaux de construction furent engloutis.

II est intimement li la prsence franaise. Les Romains, les Arabes et les Turcs ne staient gure occups de crer un port Mostaganem. La Crique au nord de la Salamandre et la "Baie des Pirates" louest de Karouba formaient les seuls abris, bien prcaires, pour les pcheurs et les felouques turques, presss par un grain menaant de gagner la cte. A cette poque, il nexistait devant Mostaganem, quune plage de sable, au milieu de laquelle coulait lAin-Sefra. Les premiers travaux destins faciliter le trafic maritime aux abords de Mostaganem furent entrepris en 1847, sous la forme dune jete-dbarcadre.

Longtemps, les navires allant dAlger Oran passaient au large de Mostaganem sans sy arrter. Chargement et dbarquement seffectuaient par caboteurs puis, avec la construction du nouveau port, des navires de fort tonnage partaient plusieurs fois par semaine pour Ste, Marseille, Bordeaux, Rouen et des navires de ICieselghur, matire filtrante utilise en confiserie, vers les Etats-Unis dAmrique.

Le port de Mostaganem tait le 2me port marchand dAlgrie. II sest taill une place trs convoite par ses voisins dans le trafic dexportations dagrumes, vin, moutons, boeufs, porcs, chevaux, etc. Na-t-on pas dnombr jusqu 25 navires en opration, en attente dans la rade certain samedi ? Les pinardiers faisaient la queue, avec un trafic incessant entre Mostaganem et la France.

Pour accder au port, des projets dautoroutes, damnagements des voies ferres, dplacement de la gare, taient en cours dexcution en 1962... La ville se modernisait sans cesse, sagrandissait de tous cts.

La Salamandre est un petit havre marin au large duquel stait chou, au sicle dernier, ce vapeur qui lui donna son nom. Qui ne se souvient de son petit port, de sa grande plage et de toutes ses maisons et villas qui, partant des falaises sen allaient en bordure de mer, jusqu la Crique Alquier, avant de plonger vers lOuest pour atteindre les plages incomparables des Sablettes qui sarrtaient sur les "Rochers des Marbres" !

Quel plus bel exemple pourrait-on trouver que cette prosprit due loeuvre des Franais dAlgrie qui, par leur labeur, leur courage, leur esprit dinitiative au service du dsir de faire toujours mieux, avaient fait de cette petite ville de 1833, la grande cit moderne quelle tait devenue en 1962.
Source : members.fortunecity.com

_________________


    
 
Mostaganem vue par Louis Thireau (maire en 1912)
          
1 1

:
 ::   ::  -