مستغانم كوم
هذه الرسالة تفيد بأنك غير مسجل
ويسعدنا كثيرا انضمامك لنا..



 
الرئيسيةبحـثالتسجيلدخول
أحلى الشبكات الإجتماعية
المواضيع الأخيرة
»  80 مستفيدا يتسلمون مفاتيح سكنات الترقوي المدعم ببلدية حاسي ماماش بمستغانم
الأربعاء 19 أبريل 2017, 08:49 من طرف المدير

» فلاحو مستغانم يشكون غلاء البذور والأسمدة
الإثنين 17 أبريل 2017, 04:36 من طرف المدير

» مشروعان لتربية بلح البحر «ليمول» باستيديا في مستغانم
الإثنين 17 أبريل 2017, 04:34 من طرف المدير

» جني العسل .....فيديو
الإثنين 17 أبريل 2017, 03:58 من طرف mehdi69

» حكمة اليوم proverbe du jour
الأحد 16 أبريل 2017, 08:48 من طرف gramo

» فلاحون بمستغانم يبيعون محصول البطاطا قبل نضجه
الأربعاء 12 أبريل 2017, 05:56 من طرف المدير

» تركيب 7 محطات لخدمة الإنترنيت نهاية 2017 بمستغانم
الأربعاء 12 أبريل 2017, 05:54 من طرف المدير

» البرنامج الأسلامي “بلال بن رباح ” المؤذن
الإثنين 10 أبريل 2017, 22:22 من طرف saffi

» حجز 143 كلغ من الكيف في شهر بمستغانم
الإثنين 10 أبريل 2017, 06:32 من طرف المدير

إذاعة مستغانم
مواعيد الصلاة .

شاطر | 
 

 Sarkozy : Nous devons inventer un monde nouveau

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
gramo
عضو خبير متطور
عضو خبير متطور


عدد الرسائل : 2365
البلد :
نقاط : 4398
السٌّمعَة : 37
تاريخ التسجيل : 19/03/2009

مُساهمةموضوع: Sarkozy : Nous devons inventer un monde nouveau   الأربعاء 23 سبتمبر 2009, 21:48

AFP
Pour le président français, les grandes puissances doivent actuellement affronter un défi comparable à l'après-Seconde Guerre mondiale, afin d'enrayer la crise et éviter une «catastrophe écologique planétaire».


A la veille du G20 de Pittsburgh et à moins de trois mois du sommet de Copenhague sur le climat, Nicolas Sarkozy a mis la pression sur ses homologues étrangers, lors de la 64e Assemblée générale de l'ONU. Pendant quinze minutes, le président français a énuméré à la tribune les défis à relever, «en plein milieu d'une crise économique et financière sans précédent» et «à la veille d'une catastrophe écologique planétaire». «Nous devons maintenant inventer un monde nouveau où les folies d'hier ne seront plus possibles», a-t-il déclaré, quelques heures après l'intervention de Barack Obama. Selon lui, les grandes puissances se trouvent face à une situation comparable à celle de l'après-Seconde Guerre mondiale.
Pour mettre en place cette «nouvelle gouvernance», Nicolas Sarkozy a notamment défendu une réforme de provisoire du Conseil de sécurité, «avant la fin de l'année». «La crise nous oblige à faire preuve d'imagination et d'audace», a-t-il lancé.
Selon lui, «les pays les plus développés ne peuvent prétendre gouverner seuls l'humanité» et il faut «élargir le cercle des membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité».
La France réclame depuis des mois un élargissement du Conseil de sécurité, qui semble toutefois peu probable. «Il est inacceptable que le continent africain n'ait pas un membre permanent au Conseil de Sécurité, ou que le continent sud-américain avec cette grande puissance qu'est le Brésil, ou l'Inde avec son milliard d'habitants, ou encore le Japon ou l'Allemagne en soient exclus», a-t-il de nouveau jugé. «Il en va de la légitimité de l'ONU, de sa capacité à agir dans un moment où le monde a tant besoin que la Communauté internationale tout entière se mobilise pour relever des défis sans précédent».
«Rien ne serait pire qu'un compromis médiocre»



Le président français a également affirmé qu'il fallait «aller jusqu'au bout de la refondation du capitalisme financier», du système monétaire international, «en finir avec les paradis fiscaux», «limiter les fluctuations des cours des matières premières soumis à une spéculation excessive». «Réformer le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, c'est une nécessité», a-t-il plaidé. Autant de thèmes que Nicolas Sarkozy aura l'occasion de développer à Pittsburgh, jeudi et vendredi.
Il a par ailleurs de nouveau insisté pour que des «engagements sur des objectifs chiffrés en matière d'émission de gaz à effet de serre» soient fixés à Copenhague en décembre, ainsi que pour la création d'une organisation mondiale de l'environnement et pour une taxe carbone aux frontières. Des propositions déjà présentées la veille au sommet de l'ONU pour le climat.
«On ne peut pas demander aux pays en développement qui ont tant de retard et aux plus pauvres qui doivent faire face à tant de difficultés de respecter ces normes sans les aider dans leurs efforts», a-t-il également déclaré. Avant de lancer en avertissement ferme en guise de conclusion : «A Pittsburgh comme à Copenhague, je le dis solennellement, rien ne serait pire qu'un compromis médiocre».


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Sarkozy : Nous devons inventer un monde nouveau
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
مستغانم كوم :: منتدى الأخبار :: أخبار دولية-
انتقل الى: